Open Dump

2006-12-29

Aesthetic Alchemy

Enregistré dans : Non classé — moben @ 10.24 am

written: 28 décembre 2006

Il est une catégorie d’œuvres* de la production actuelle qui trouve aisément sa place aussi bien en couverture de magazines que dans les salons de bon goût aux dimensions respectables. Le plus souvent, ces oeuvres conjuguent élégamment une proportion équivalente de tradition et de modernisme. Le principe alchimique appliqué est connu, même des profanes, et la nouvelle tendance de sculpture animalière est de cet ordre. On reprend ce qui a fait le succès du genre, au dix-neuvième siècle, et on le traite avec couleurs et matériaux qui opèrent un glissement stylistique nécessaire et suffisant. L’objet d’art rejoint dans son apparence l’objet de design et constitue par la même une provocation de bon goût, consensuelle.
Les procédures alchimico-artistiques qui convertissent une matière vulgaire en or sont multiples et l’on pourrait en dresser le catalogue. Les Pop artistes et les Nouveaux Réalistes réussirent en leur temps à faire de leur signature formelle un début d’étude taxinomique: compression, expansion, accumulation, changement d’échelle, changement de matériau, fragmentation, découpage, explosion… là où Marcel avait réussit avec le déplacement et la désignation.

À la manière de Cyrano qui, plutôt que de s’offusquer de la critique touchant à son appendice nasal, choisit d’en rajouter, je propose des mutations alchimiques plus radicales:

En réinjectant des propriétés du vivant (alchimie bio-mimétique)
Le tamagotchi est une version commerciale parfaitement illustrative du genre. Imaginons un instant l’œuvre qui dépérit si le collectionneur ne s’en occupe pas personnellement, jour après jour. La voix de son maître serait identifiée. Rien à voir avec l’œuvre d’arte povera pour laquelle n’importe qui peut remplacer la salade quotidiennement.

L’animal vêtu de peau d’homme véritable (alchimie éco-ethnologique)

L’animal qui croit et se multiplie (alchimie multiplicatrice). Tous les jours de nouveaux exemplaires sont livrés jusqu’à saturation de l’espace de vie ou de l’espace d’exposition.

La confrontation pour la survie de l’espèce (alchimie évolutionniste)
Deux espèces animales (robots?) dans un même espace. En tant que représentation, chacune défend face à l’autre ses valeurs et ses impératifs de survie.
Soit une des deux disparaît, soit les deux s’adaptent et conjuguent leurs efforts pour atteindre leurs objectifs.

Couleur évolutive (L’alchimie séductrice).
La couleur de l’objet change progressivement testant les différentes variantes en analysant le temps et l’intensité des dialogues à proximité. Présupposé : si l’on reste à proximité c’est soit que l’objet attire soit qu’il ne dérange pas. Après un temps de familiarisation, la couleur se stabilise sur les valeurs qui semblent traduire le coefficient d’attraction (ou d’indiférence) le plus élevé.

La question reste de savoir quand le résultat conserve son potentiel symbolique et quand il bascule du côté de la démonstration.

*j’abuse du terme qui hérisse tellement que c’en devient un plaisir

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaires.

Fil RSS des commentaires pour cet article. URI de Trackback

Laissez un commentaire

Propulsé par WordPress