Open Dump

2006-11-15

Chez VW, le battement d’ailes de coccinelle ne manque pas d’air

Enregistré dans : Non classé — moben @ 9.36 pm

Le mapping serait-il la mutation numérique de la métaphore ?

Les tropes s’attrapent par paire, de nos jours binaires où de paires en pairs chacun trouve un compte plus ou moins bon, relativement satisfaisant, et certains termes qu’on pourrait traduire par transposition, plaquage, nappage, cartographie prennent un sens singulier et néanmoins délicieusement révélateur.
Nombre d’œuvres qu’on tague numériques fondent leur dimension poétique sur l’art du mapping. Il n’est pas question ici de technologie, mais de transposition, au sens rhétorique et musical du terme.

Quand les chaînes causales rejoignent les associations poétiques, le mapping trouve une place attendue et confortable. Les faits se plaquent l’un sur l’autre sans que pour autant l’excitation esthétique opère.

Projet :
C’est ainsi que le spectateur, esclave et maître du spectacle, peut voir l’image ciller au rythme de ses paupières qui trahissent l’ennui comme l’excitation. Quand les phases béantes de cette intermittence vomissent le flot mal digérée de la télé. Le zapping piloté par le papillon qui dans sa cage, de l’aile, coupe le flux continu de la télécommande qui dit quand et comment l’image suffit. Le battement devient le nombre et les programmes s’enchaînent en plans débridés. Le montage asservi, à rien, sinon à l’alea du libre cours du corps sans sens, à la rythmique physique, pertinente au-delà des signes en suspens. C’est ici la chaleur qui pilote le lépidoptère. Elle nous dit qu’ailleurs, à Sydney, le soleil faiblit. Lui qui se reflète sur les lunettes miroir d’une pin-up qui se gratte d’aise face à la l’image en ligne d’un bellâtre qui luit s’en fout car il pense que l’art est affaire de loto.
Le hasard a ses lois que l’art ne connait pas. toujours.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaires.

Fil RSS des commentaires pour cet article. URI de Trackback

Laissez un commentaire

Propulsé par WordPress