207 hypotheses for committing art

— L’intention artistique à l’oeuvre
Thèse de doctorat en Art et Science de l’Art soutenue en Sorbonne, Université Paris 1, le 6 décembre 2008
sous la direction de Mme Anne-Marie Duguet, Professeur, Université Paris 1

 Jury

  • Hubertus von Amelunxen, professeur, École Européenne Supérieure de l’Image, Poitiers Angoulême
  • Louis Bec, artiste
  • Derrick de Kerckhove, Professeur, Université de Toronto, Université de Naples
  • Jean da Silva, Professeur, Université Paris 1

L’intention artistique à l’œuvre
Hypothèses pour un passage à l’acte

N.B. le text complet de la thèse augmenté des rapports de jury a été publié chez Fyp éditions, en version bilingue anglais-français sous le titre: « The Dump, 207 hypothèses pour un passage à l’acte ».

Le blog est en ligne the-dump.net

 

Introduction

Le processus de création comprend une face cachée par nature : c’est l’ensemble de ce qui est écarté par l’artiste dans le choix et la conception de l’ouvrage à réaliser.

Le projet de cette recherche appliquée est de mettre en œuvre ce processus d’élaboration et de sélection, donnant ainsi à voir et à lire ce qui constitue le faisceau de motivations, de déterminations et d’hésitations dans le passage à l’acte artistique ; à la fois en deçà et en amont de l’art, là où la chose se discute encore, de façon quasi impudique, à voix haute. Le discours accompagne et précède la mise en œuvre pour devenir ici, à l’usure, l’objet réalisé, construit de mots qui n’en finissent plus d’épuiser les possibles de l’action, de réaliser dans l’écrit le processus de conception.

Le procédé inclut son auto-analyse, sa remise en cause perpétuelle, à l’image du réel qui, ne semblant jamais se satisfaire de son dernier énoncé, le reformule quotidiennement.

La recherche s’inscrit dans la durée et dans l’itération. Régulièrement une nouvelle page énonce un nouveau projet. La forme épistolaire du blog s’imposait comme une commodité, elle devient un outil méthodique et fécond, particulièrement adapté à son sujet. the-dump.net (littéralement : la « la-décharge.réseau« ) devient l’espace-temps d’inscription de la recherche et de la création.

Passée la période de consolidation des règles, le mode d’action du Dump[1] ne supporte plus aucune exception : toute addition inclut une proposition : projet de création, pratique ou théorique.

C’est aussi un projet singulier de thèse d’arts plastiques qui ne deviendrait théorisation de la pratique qu’en faisant de la mise en œuvre de la théorie l’acte même de la création.

[1] Par commodité le blog the-dump.net deviendra par la suite « le Dump », barbarisme signe de la familiarité que l’auteur entretien avec son objet-texte.